L'église romane


L’église Saint-Etienne, par son plan, est très particulière et  se singularise par son appartenance au Moyen Age, à l’époque de sa construction et à la Renaissance au moment de son agrandissement.

Construit au XIIème siècle sur le plan d’une croix latine et orienté classiquement est ouest, l’édifice est composé, d’une nef à trois travées, couverte en berceau brisé, d’un transept et d’un chœur à travée droite.

Un clocher carré, trapu,  s’élève à la croisée du transept, au cœur d’une toiture aux versants inégaux.

La façade est flanquée de deux contreforts du XIIème siècle, qui encadrent deux colonnes engagées où repose un bandeau de petites arcatures dont les modillons extrêmes s’ornent de figures monstrueuses et grimaçantes. Les trois voussures du portail, dont deux externes, sont ornées de coquilles et de fleurs reposant sur un tailloir continu à redents évidés en un quart de cercle

Au XVème siècle, l’église devient trop petite et doit être élargie par une nef latérale au nord en bordure d’un passage à respecter d’où le rétrécissement du côté des fonts baptismaux. Le pendant sud ne peut être établi en raison  de l’emplacement du prieuré d’où l’asymétrie de la façade. Le chevet roman est alors remplacé par un chevet plat Gothique de style plus ou moins flamboyant (vitrail central).

L’intérieur est d’une grande sobriété, le décor s’applique sur les chapiteaux des colonnes et sur les clés de voûtes.

Visites libres hors offices religieux.